A propos
 
Le jeudi 23 juillet, de 18 h à 23 h
Cour extérieure de SAW, 67 rue Nicholas
Entrée libre
 
Pique-nique et projection estivale de SAW Vidéo
Une présentation en partenariat avec la radio communautaire CHUO 89.1 FM et la ZAC du centre-ville Rideau.
 
 
Programme
18h : Pique-nique sonique avec le duo DJ Skid Vicious.
20h : Faire de l’art à l’heure de l’internet – Un entretien avec Lorna Mills (Toronto) et Matthew Williamson (Ottawa), animé par Anna Khimasia (Ottawa).
21h : Ways of Something – Projection des épisodes 1, 2 et 3.
 
 
Lorna Mills - Ways of Something (2014)
- Texte de Anna Khimasia
 
En 1972, le critique d’art et écrivain britannique John Berger a produit avec la BBC une série télévisée en quatre parties intitulée Ways of Seeing. Cette production télévisuelle emblématique constitue une analyse et une critique les modes de représentation et fait valoir qu’une idéologie se cache toujours derrière les images que l’on a l’habitude de voir et de reproduire. Or, dans le contexte du XXIe siècle, le discours de Berger est-il toujours pertinent ?
 
L’artiste canadienne Lorna Mills a créé un remake en quatre parties de l’émission de Berger, intitulé Ways of Something. Tout en conservant la narration originale et la voix de Berger, Mills a invité plus de 110 artistes du Canada et d’ailleurs à créer un segment d’une minute pour son remake. Combinant vidéo, images en 3D, GIF animés, webcams en direct et images modifiées par ordinateur, ainsi que de nombreuses références au XXIe siècle, Ways of Something est un collage multi-strates et multi-générationnel à l’image de notre monde : un monde saturé d’images de tous sortes.
 
Conçue pour répondre à une commande du programme The One Minutes du Sandberg Instituut à Amsterdam, cette série offre une véritable cacophonie d’idées, puisque Mills a « invité les artistes à compléter ou à s’opposer au matériel proposé.» [1] Chaque épisode d’une demi-heure nous invite à questionner non seulement la relation entre le texte de Berger et les images présentées, mais aussi le rôle de la technologie et le nouveau statut qu’acquièrent les images générées et modifiées par ordinateur. Comme Berger l’affirmait en 1972, « Quand l’appareil photo reproduit un tableau, il détruit l’unicité de son contenu. Il en résulte également un changement de signification. Ou, plus exactement, la signification du tableau se démultiplie, se fragmente en de nombreuses significations. » [2] La structure fragmentaire de Ways of Something non seulement met en évidence cette multiplicité, mais elle nous invite aussi à reconsidérer la façon dont les images, à l’ère numérique, sont créés et reproduites, et comment elles continuent à faire sens.
 
[1] “Online Premiere: ‘Ways of Something’ and the Female Nude,” Hopes and Fears, 20 juin 2015, http://www.hopesandfears.com/hopes/culture/ art/168423-premiere-ways-of-something.
[2] John Berger, Ways of Seeing (London: British Broadcasting Corporation et Penguin Books, 1972), p. 19.  
 
 
Ways of Something. Premier épisode. Minute 18. par Eva Papamargariti. 
 
 
Artistes participant à Ways of Something :
 
Premier épisode, Minute 1 – 30
Daniel Temkin, Rollin Leonard, Sara Ludy, Rhett Jones, Jaakko Pallasvuo, Dafna Ganani, Jennifer Chan, Rea McNamara, Theodore Darst, Matthew Williamson, Hector Llanquin, Christina Entcheva, V5MT, Marisa Olson, Joe McKay, Carla Gannis, Nicholas O'Brien, Eva Papamargariti, Rosa Menkman, Kristin Lucas, Jeremy Bailey & Kristen D. Schaffer, Giselle Zatonyl, Paul Wong, Alfredo Salazar-Caro, Sally McKay, RM Vaughan & Keith Cole & Jared Mitchell, Andrew Benson, Christian Petersen, Faith Holland, Jennifer McMackon
 
Deuxième épisode, Minute 1 - 28
Kevin Heckart, Geraldine Juárez, Gaby Cepeda, Angela Washko, Emilie Gervais, LaTurbo Avedon, Lyla Rye, Mattie Hillock, Antonio Roberts, Georges Jacotey, Daniel Rourke, Sandra Rechico & Annie Onyi Cheung, Yoshi Sodeoka, Alma Alloro, LoVid, Andrea Crespo, Ad Minoliti, Arjun Ram Srivatsa, Carrie Gates, Isabella Streffen, Esteban Ottaso, Silke Zil Kuhar ZIL & ZOY, Hyo Myoung Kim, Jesse Darling, Tristan Stevens, Erica Lapadat-Janzen, Claudia Hart, Anthony Antonellis
 
Troisième épisode, Minute 1 - 27
Carine Santi-Weil, Nicolas Sassoon, Tom Sherman, Kim Asendorf and Ole Fach, Rafaela Kino, Alex McLeod, Kate Wilson & Lynne Slater, Aleksandra Domanović, Systaime, Erik Zepka, Adam Ferriss, Rodell Warner and Arnaldo James, Debora Delmar Corp., Brenna Murphy, Nick Briz, Carlos Sáez, Jenn E Norton, Juliette Bonneviot, Luis Nava, Vince McKelvie, Claudia Maté, Evan Roth, Shana Moulton, Sabrina Ratté, Jordan Tannahill, Vasily Zaitsev feat. MON3Y.us, Ann Hirsch
 
 
Conversation : Faire de l’art à l’heure de l’internet
 
À propos des artistes
Depuis le début des années 1990, l’artiste canadienne Lorna Mills a présenté son travail dans le cadre de nombreuses expositions solo ou collectives, et ce tant au Canada qu’à l'étranger. Sa pratique consiste à explorer de manière obsessive l’impression Ilfochrome, la peinture, le film super 8 et la vidéo, ainsi que la création de GIF animés en ligne puis intégrés dans des installations restreintes en dehors de l’internet.
À titre de commissaire, elle a organisé des projections mensuelles de GIF animés dans le cadre de la série « Sheroes » à Toronto, elle a conçu avec Anthony Antonellis un programme de GIF animés, « When Analog Was Periodical », présenté à Berlin, et elle a créé avec Sara Ludy, Nicolas Sassoon et Rick Silva une installation GIF présentée au centre Trinity Square Video à Toronto.
Lorna Mills est représentée par Transfer Gallery à Brooklyn, New York.
 
L’artiste multimédia Matthew Williamson a présenté ses œuvres dans le cadre de nombreuses expositions et projections vidéo à travers le monde, notamment à Moscou, New York, Jakarta, Londres, Toronto, Seattle et Shanghai. Il a récemment été mentionné comme « artiste à suivre » sur le site tumblr.com. 
 
Anna Khimasia a récemment obtenu son doctorat de l’Institut des études comparées des littératures, des arts et de la culture de l’Université Carleton. Sa thèse portait sur les croisements entre autofiction, archives de performances et performativité dans l’œuvre de l’artiste française contemporaine Sophie Calle. Khimasia est chargée de cours à l’Université Carleton depuis 2008.

 

        


Website © 2014 SAW Video Association
Centre d'art médiatique SAW Video
67, rue Nicholas, Ottawa (Ontario) K1N 7B9 Canada
t 613-238-7648
e sawvideo@sawvideo.com